• La respiration “source de vie”

  • La respiration “source de vie” 

    respiration diaphragmatique

    La respiration·apporte la·vie à notre organisme, c’est un phénomène automatique et inconscient qui nous accompagne à la·naissance·avec notre première inspiration et clos notre·existence avec notre dernier souffle. Bien que nous puissions survivre pendant plusieurs journées sans aliments ni eau, nous ne pouvons vivre que quelques minutes sans respirer.

    La respiration··fournit plus de 99% de notre oxygène et un approvisionnement en énergie vital. Notre respiration se résume, habituellement à un processus peu profond et superficiel impliquant seulement la portion supérieure des poumons et utilisant un petit pourcentage de leur potentiel , si les poumons ont une capacité de 5 litres seul un demi-litre d’air entre dans nos poumons à chaque respiration.· Au repos, le rythme ou fréquence respiratoire d’un adulte moyen est de 16 respirations par minute, soit·environs 23 000 respirations par jour (ce qui correspond à un volume de 4 millions de litres·durant une vie !).

    l’ensemble des mouvements respiratoires assurant le renouvellement de l’air passant par les poumons se font grâce aux muscles respiratoires intercostaux et diaphragme (muscle fin à la base des poumons qui sépare la cage thoracique de l’abdomen).
    Ci-dessous le muscle du diaphragme :

    diaphragme

    Une majorité·d’entre nous·ne respirons pas aussi efficacement que·nous le·devrions : nous·respirons de façon ·superficielle à l’aide d’une respiration dite·“thoracique et/ou claviculaire”. Elle oxygène peu, c’est un état de semi-apnée. C’est la respiration que nous adoptons sous le coup de mauvaises postures et du stress. La respiration la plus bénéfique et efficace·est dite·”abdominale”. C’est la respiration de la détente, du sommeil, la respiration naturelle des bébés et des jeunes enfants.

    mecanisme de la respiration

    Nous respirons mal !

    Nos mauvaises habitudes respiratoires se sont développées pour plusieurs raisons :

    –  Au cours de notre enfance, beaucoup d’entre nous ont appris que la bonne posture était de contracter le ventre et sortir la poitrine. (Essayez-la et observez comment se contracte les muscles qui vous permettent de respirer.)

    – nous menons une vie sédentaire, ce qui diminue l’effort physique constant aggravé par le travail au bureau et le manque de plein air

    – beaucoup d’entre nous, accumulons du stress et ressentons des tensions ou des inquiétudes,  les inspirations et les expirations deviennent plus courtes et nous contractons par reflexe l’abdomen empêchant une inspiration profonde.

    Cette respiration superficielle prive le corps d’oxygène et l’organisme se met en dette d’oxygène, état qui se traduit par une diminution du pH sanguin et engendre des tensions musculaires. Ces tensions peuvent contribuer aux douleurs de toutes sortes, en contraignant les mouvements, en écrasant les vertèbres et les articulations. Dans nos sociétés “modernes”, les médecins constatent que la plupart des troubles psychosomatiques sont liés à une mauvaise ventilation pulmonaire ou à une oxygénation défec­tueuse et une mauvaise respiration cause ou aggrave des maladies ou disfonctionnements chroniques comme la perte de sommeil, la dépression, l’anxiété, la fatigue,  les maux de tête, l’asthme, les allergies, les  troubles cardiaques, l’hypertension artérielle, l’obésité….

    Les bienfaits d’une bonne respiration

    Apporter son attention sur cette·respiration qui nous suit tout au long de notre vie et trop souvent négligé doit être une priorité pour tous ceux qui recherchent un·équilibre physiologique, psychique, mental ou émotionnel.·Cependant .il n’est pas aisée d’accéder à la respiration instinctive que notre organisme garde toujours en mémoire.·Ce lâcher-prise n’est pas facile car l’individu doit admettre la vacuité des tensions qu’il a pourtant maintenues au prix d’une dépense d’énergie coûteuse. Il conduit bien souvent à se rendre compte que l’on s’inflige, parfois jusqu’à “s’emprisonner” dans une cuirasse, des tensions qui n’ont plus de raison d’être.

    Une respiration optimale nous faire vivre plus longtemps et en meilleure santé car elle :.

    – libère l’anxiété et le stress
    – nous met dans un état d’esprit détendu et encourage votre esprit créatif créatrice et votre capacité d’apprentissage et de mémorisation
    – augmente l’énergie physique
    – conduit à une détente physique
    – fournit une circulation sanguine saine qui transporte l’oxygène et l’énergie aux cellules
    – abaisse la pression artériel du rythme cardiaque
    – équilibre les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang
    – réduit l’acide lactique dans les tissus musculaires
    – améliore le fonctionnement du système immunitaire

    Comment respirer correctement ?

    la respiration complète

    Nous vous proposons une technique de respiration issue du yoga : “la respiration complète”  Aussi appelé la “respiration “pranique”  ou la Respiration en “trois Parties”  ou  puisque c’est le diaphragme qui permet à l’abdomen de se dilater et de se contracter avec le flux de la respiration.

    La respiration pranique consiste en une respiration abdominale profonde favorisant un apport optimal en prana. La respiration pranique est celle naturellement adoptée par les bébés et les jeunes enfants. Elle a de multiples bienfaits tant au niveau énergétique qu’au niveau physique. L’un des effets de la “respiration “pranique” est de régulariser et d’harmoniser le chakra du plexus solaire. Ce qui  apporte calme, paix et sérénité chez les personnes qui pratique cette technique. De plus, le mouvement du diaphragme s’abaissant pour laisser entrer l’air dans les poumons assure un doux massage bénéfique aux organes internes et facilite le flot de la lymphe. Une autre raison de pratiquer “la respiration pranique” est que, contrairement à la respiration thoracique classique, elle ne cause pas de congestion énergétique au niveau du chakra du cœur ou d’étourdissement lorsqu’elle est bien exécutée.

    Cette technique de respiration se fait avec des respirations longues, lentes et profondes et englobe les trois modes de respiration qu’elle intègre en un seul mouvement ample et rythmé.Tout comme l’expiration, l’inspiration doit être silencieuse, lente, continue et aisé

     

    – La première “respiration diaphragmatique” concerne la région abdominale. Une manière permettant de repèrer si vous respirez dans cette partie c’est d’observer si votre abdomen se gonfle comme un ballon à l’inspiration et se contracte à l’expiration.

    – La deuxième “respiration costal” concerne la région thoracique qui comprend les côtes et le centre du thorax. Quand vous respirez dans cette partie, votre cage thoracique et les muscles intercostaux se dilatent comme un accordéon.

    – La troisième respiration dite claviculaire  concerne  la région de la clavicule se trouvant dans la région thoracique supérieure, incluant les épaules. La respiration remplit la région supérieure des poumons.

    Respirer en prenant en compte ces trois parties représente la manière la plus ample et la plus complète possible de respirer, permettant d’expérimenter pleinement le prana dans votre corps.

    Technique

    – Allongez-vous sur le dos ou Asseyez-vous avec votre colonne vertébrale bien droite et votre thorax redressé (sans trop de rigidité non plus…)

    – Il est conseillé de fermer les yeux durant l’exercice pour mieux vous concentrer.

     – Avant l’exercice, prenez soin d’expirer à fond plusieurs fois, soit en poussant quelques soupirs à l’issue desquels vous rentrez un peu le ventre en contractant les abdominaux

    Commencez à inspirer longuement, lentement et profondément par les narines en utilisant votre respiration diaphragmatique 

    – Lorsque vous sentez que celui-ci ne peut se gonfler d’avantage, utilisez la respiration costale

    – Quand le torax est ouvert au maximum, soulevez vos clavicules pour faire entrer encore un peu d’air.
    – Quand les poumons seront complètement remplis, expirer dans l’ordre de l’inspiration (laisser d’abord remonter le diaphragme), toujours lentement, sans saccade ni effort. Bien rentrer l’abdomen à la fin de l’expiration. Recommencer ensuite à inspirer de la même façon.

    En expirant, permettez à l’air de s’écouler des poumons (comme si vous dégonfliez un ballon) de la façon la plus détendue et naturelle possible. Immédiatement avant la fin de l’expiration, contractez les muscles abdominaux en compressant l’air qui reste dans les poumons pour qu’ils se vident complètement.

    – Continuez à prendre plusieurs respirations profondes de cette façon, en gardant votre corps complètement détendu sans aucun effort. Permettez aux respirations d’être douces, égales et continues.

    Avantages

    – Détend votre corps et calme l’esprit

    – Vous revitalise complètement.

    – Apporte de l’oxygène aux parties les plus lointaines de vos poumons qui n’ont pas l’habitude de recevoir des réserves fraîches d’oxygène et du prana en raison d’une respiration peu profonde

    – Elimine cette mauvaise habitude de respiration superficie et rétablit une respiration profonde et relaxante

    – Les muscles abdominaux montent et redescendent pour donner un massage doux aux organes abdominaux

    – Améliore la digestion et l’élimination. Aide à soulager la constipation

    – Renforce les muscles abdominaux, le diaphragme, le cœur et les poumons

    – Très apaisant durant les règles, surtout quand il y a inconfort

    – Peut se pratiquer durant la relaxation, la méditation, les postures, ou tout simplement durant la journée et n’importe où

    Contre indications

    – Il n’y a aucune contre-indication réelle à moins d’avoir récemment subi une chirurgie à l’abdomen ou au thorax.

    – Ne retenez pas votre respiration au cours de cet exercice, surtout si vous souffrez d’hypertension.

    – La Pranayama se pratique mieux l’estomac vide, à la première heure du matin — ou une ou deux heures après un repas

    Finalement, souvenez vous qu’apprendre à respirer correctement c’est aussi comprendre comment vivre en équilibre et·en harmonie avec soit même et avec les autres. plus qu’une technique, bien respirer passe par un changement profond de l’être illustré par cette parole du 14 ème Dalai Lama :

    Nous perdons la santé pour accumuler de l’argent , ensuite nous perdons de l’argent pour recouvrer la santé. A penser anxieusement au futur, nous oublions le présent de telle façon que nous finissons par ne vivre ni le présent ni le futur. Nous vivons comme si nous n’allions jamais mourir. et nous mourons comme si nous n’avions jamais vécu.·».