• A propos de la PNL

  • PNL ? Qu’est-ce que cela veut dire ?

    Vous en avez surement déjà entendu parlé. Au bureau peut-être car la PNL est parfois utilisé par les ressources humaines, dans une revue de psychologie (et si vous êtes là c’est sûrement que cela vous intéresse !) ou à un autre moment, peu importe… Quelles que soient vos connaissances dans la PNL, voyons si je peux vous en apprendre un peu plus… ou pas !

    La PNL c’est la Programmation Neurolinguistique.

    pnl2

    Dépassons le jargon universitaire pour voir en détail ce que cela veut dire.

    « Programmation » fait référence à nos différents types de comportements que ce soient ceux que nous assimilons, ou ceux que nous reproduisons.  Nous avons tous des modèles d’apprentissage qui nous sont propres (comment nous prenons nos décisions, comment nous résolvons les problèmes, jaugeons les difficultés et essayons d’obtenir des résultats). C’est un processus interne. Un peu comme un ordinateur (ne dit-on pas que notre cerveau est un magnifique ordinateur ?).

    « Neuro » semble être le terme le plus facile à comprendre : cela à voir avec ce qui se passe dans notre cerveau.

    C’est un peu plus compliqué que cela mais pour faire simple : tout ce que nous vivons est perçu par nos différents sens, puis transformé consciemment et inconsciemment en lien avec le système neurologique qui va agir sur la physiologie, les émotions, le comportement…

    Enfin « linguistique » tout ce qui se rapporte à notre langage. Comment nous humains, utilisons le langage pour comprendre le monde, le conceptualiser puis essayer de communiquer ce que nous en avons fait, la manière dont nous avons transformé les informations aux autres.

    La PNL est en quelque sorte l’étude du fonctionnement des humains.

    Les mots ne sont pas que des mots… il suffit d’être marié pour le savoir !

    (je vous laisse apprécier ce que cette petite phrase à comme impact sur vous… hum.. pas que des mots hein !)

    Bon, ok ! Tout ça vous aviez un peu compris… vous en voulez plus ?

    Qu’est-ce que la PNL ?

    Une démarche pragmatique en psychologie appliquée dont le but est de modéliser les savoir-faire (compétences) et les savoirs-être (motivation, valeurs, attitudes, estime de soi…) des gens qui ont de la réussite dans ces domaines. Cette modélisation est transmise à travers la PNL à qui en a besoin.

    En clair : une formidable boite à outils !

    Je comparais plus haut le cerveau à un ordinateur. Eh bien ! imaginez maintenant que vous avez les outils nécessaires pour modifier plus ou moins les programmes encodés et peut-être reprogrammer ainsi certains programmes (processus d’apprentissage par exemple) ou travailler sur certaines images (expériences vécues) ou encore mettre en place de nouveaux programmes (obtenir de meilleurs résultats ou les résultats souhaités). Magnifique non ?!

    On pourrait dire aussi que c’est :

    –          Un des moyens pour obtenir les résultats que l’on cherche dans tous les domaines,

    –          Des outils pour opérer des changements personnels, de comportements, de croyances…

    –          Des outils grâce auxquels vous pouvez ressentir différemment des événements passés mais aussi futurs,

    –          Des outils qui vous permettent de surmonter plus facilement des épreuves,

    –          Une sorte de mode d’emploi de votre cerveau,

    –          Un moyen de modeler votre avenir,

    –          Une aide à la compréhension des autres, du monde qui vous entour et de vous-même,

    –          Un magnifique moyen de communiquer

    –          Bien plus encore…

    Qui a inventé la PNL ?

    On attribue la formalisation du premier modèle PNL à Richard Bandler et John Grinder (respectivement étudiant en 4e année de psycho et professeur de linguistique à l’université de Santa Cruz en Californie) en 1973.

    Richard Bandler né en 1950 a alors 23 ans et Grinder 33.

    Bandler cherche à reproduire par mimétisme grâce à des vidéos, les compétences de Fritz Perls (père de la Gestalt-thérapie) et Virginia Satir (thérapies familiales). Il se tourne vers Grinder pour mettre au point une nouvelle pratique de thérapie de groupe.

    Le premier modèle en PNL est né : « le méta-modèle ». C’est un modèle verbal, associant 12 types de questions à 12 violations sémantiques permettant de faire préciser la pensée de votre interlocuteur et de questionner ses représentations mentales. En gros : apprendre des autres !

    En 1975, ils publient le « Milton Model  » dans leur ouvrage « Patterns of Hypnotic Techniques of Milton » H. Erickson, une modélisation de Milton Erickson, psychiatre et père de la thérapie brève et surtout de l’hypnose qui porte son nom.

    Le Milton-model est l’opposé du méta-modèle. Le patient peut projeter ses représentations personnelles car les formulations de ce modèle sont très flous.

    Milton Erickson écrira d’ailleurs en préface de ce livre : » Bien que ce livre soit loin d’être une description complète de ma méthodologie, c’est une bien meilleure explication de la manière dont je travaille que celle que je pourrais moi-même fournir. Je sais ce que je fais, expliquer comment je le fais est beaucoup trop difficile pour moi. »

    C’est en 1976 que Bandler choisit le nom de programmation-neuro-linguistique.

    Pour lui cela représente les trois façons d’aider une personne à changer :

    –          Changer les programmes (les processus de la personne comme expliciter plus haut)

    –          Changer le  » neuro  » pour modifier la physiologie et ses impacts sur la cognition

    –          Changer les mots, le contenu, la manière de le dire pour que cela soit plus facile à intégrer.

    EN 1980, Robert Dilts formalise le modèle des niveaux logiques. Ce qui est un changement important pour la PNL, que certains appelleront PNL deuxième génération. Ce modèle permet de structurer le classement des informations du sujet (patient) afin de le comprendre dans son ensemble. Pour faire simple, on ajoute des compartiments à la boite à outils, on range, on cadre, ce qui permet au thérapeute de mieux coordonner des techniques travaillant sur la globalité de la problématique du sujet.

    En résumé (pour ceux que je n’ai pas perdu en cours de route !) : même si la PNL n’a que 40 ans et des poussières, ses techniques ne sont pas apparues par génération spontanée ! Bandler et Grinder sont influencés par des théories déjà existantes comme celles abordées lors des conférences de la fondation Macy (entre 1942 et 1953) qui réunissent un grand nombre d’intellectuels de l’époque dont, Milton Erickson, les recherches de Grégory Bateson, de Noam Chomsky, d’Alfred Korzybski…

    Mon but n’étant pas d’écrire un ouvrage sur le sujet (non, n’insistez pas !), nous en resterons là sur ce sujet.

    Ce qu’il faut retenir je pense (mais c’est ma carte du monde !) c’est peut-être que si Bandler et Grinder sont à l’origine de la PNL en 1974 mais ils sont suivis par d’autres chercheurs reconnus pour leurs travaux.

    Qu’est-ce que la PNL n’est pas ?

    Pourquoi un paragraphe réservé à ce que n’est pas la PNL ?

    Il me semblait important de clarifier certaines choses que j’ai pu entendre ou lire sur la PNL (et l’hypnose entre autres).

    1-      La PNL n’est pas une secte et il n’y a pas de dérives sectaires.

    C’est au contraire une technique qui prône l’autonomie (thérapie brève), l’augmentation de l’estime de soi, de sa satisfaction dans la vie, la tolérance, le droit à la différence et à l’écoute des autres. Plutôt tout le contraire d’une secte. Peut-être que certains gourous utilisent la PNL, mais ils utilisent aussi la psychologie et bien d’autres méthodes.

    2-      C’est de la manipulation, on peut faire faire ce que l’on veut aux gens…

    Mais bien sûr ! la preuve : toutes les personnes utilisant la PNL sont très riches, perçues comme très belles et obtiennent tout ce qu’elles désirent. Regardez-moi ! D’ailleurs je vous laisse, il faut que j’aille faire rouler ma Ferrari !

    Un peu de sérieux !

    Un des fondements de la PNL est qu’on ne peut pas changer les autres. Votre patron vous énerve ? désolée, je ne peux pas changer votre patron, il n’est pas là. Mais nous pouvons travailler sur les raisons de votre énervement et essayer de faire en sorte que votre perception soit modifiée et que vous repreniez le contrôle de vos émotions.

     

    Soyons clairs, la PNL (comme l’hypnose) est un merveilleux outil de travail sur soi. Mais ce n’est qu’un outil. C’est l’éthique de la personne qui les utilise qui fera que cet outil sera bénéfique ou non, aidera ou non son prochain à aller mieux et toujours dans l’écologie de la personne (ce qu’elle perçoit comme étant bon pour elle)

    3-      Ça marche pas, je n’y crois pas, ce n’est pas une science !

    Ok, programmation-neuro-linguistique c’est un peu pompeux comme nom, on est d’accord ! Mais ce nom n’a pas été choisi pour « se la jouer » scientifique. N’oublions pas que Bandler et Grinder ont choisi ce nom en 1974.

    « Programmation » cela ne veut pas dire « contrôler les humains comme des robots ». Bandler est passionné par les recherches en cybernétique et c’est le début de l’informatique. C’est une métaphore (et on en utilise beaucoup en PNL).

    Vous ne croyez pas que cela fonctionne ? C’est votre choix et votre carte du monde. Je ne suis pas là pour vous convaincre. La PNL ce n’est pas une baguette magique et je ne suis pas Harry Potter !

    Dans la PNL, comme dans l’hypnose, le praticien est un accompagnant. Le travail c’est vous qui le faite. Vous vous permettez d’aller mieux… ou pas.

     

    En conclusion

    Pour résumer, la PNL permet de comprendre comment nous fonctionnons, comment nos pensées, notre environnement, notre éducation, les événements de la vie quotidienne… comment tout cela forme une sorte de trame, de carte de notre monde. Cette carte nous est personnelle et ne sera pas celle des autres. Elle nous permet d’appréhender les événements d’une certaine façon,

    C’est d’ailleurs là que se situe bien souvent le problème : imaginiez que vous voyagez à Paris. Vous découvrez cette ville.  Vous êtes dans le métro et vous n’avez que votre plan de métro pour vous repérer. Vous appelez un ami qui lui, voyage en bus, au-dessus.  Lui, il n’a que son plan de bus. Vous essayez de vous retrouver en communiquant par sms. Vous commencez à voir le problème là ? Vous décidez de sortir du métro et là vous rencontrez une charmante personne qui veut vraiment vous aider mais qui ne connait pas Paris et qui n’a qu’un plan de rues… Vous êtes tous dans la même ville mais vous avez des perceptions différentes de cet endroit. Les mêmes lieux portent des noms différents, selon que ce sont des rues, des stations de métro ou de bus… et pourtant, c’est le même endroit !

    C’est un peu ce qui se passe parfois dans la vie.

    Quelles modifications pouvez-vous apporter à votre représentation de la réalité (carte de la ville) pour comprendre les choses autrement (parfois comme celui qui n’a pas la même carte) et vous ouvrir plus de possibilités de choix, d’autonomie dans le respect des autres et de vous-même, tout en conservant une bonne qualité relationnelle avec votre entourage ?

    La PNL aide à comprendre, entre autres, que l’autre n’a pas la même carte pour s’orienter. Il n’a pas les mêmes points de vue.  À vous de voir si vous allez lui prêter votre carte, ou partager la sienne… ou carrément changer de ville !!